ZNT : imprécision de Barbara Pompili sur les modalités d'information

«Nos concitoyens ont le droit d’avoir toutes les informations possibles» sur les épandages de pesticides, a estimé Barbara Pompili, interviewée le 11 janvier sur RMC. Dans le cadre des nouveaux textes réglementaires sur les zones de non-traitement aux pesticides (ZNT), «il y aura des sites internet où on pourra avoir toutes les informations possibles», a poursuivi la ministre de la Transition écologique. Ces sites internet, tempère son cabinet, ne sont qu’une option à disposition des préfectures et des producteurs pour assurer l’obligation d’information prévue par les nouveaux décrets. «Rien n’est imposé, mais tout est possible», assure l’entourage de Barbara Pompili. Charge ensuite aux préfets, souligne-t-on, «de s’assurer que les riverains seront bien informés». L’équipe du ministre de l’Agriculture confirme également les modalités d'information ne seront pas imposées, en promettant que «l’État accompagnera». Les sites évoqués par Barbara Pompili, précise-t-on, n’ont en revanche aucun lien avec le dispositif «Phyto-signal» animé par les agences régionales de santé en Nouvelle-Aquitaine, Pays-de-Loire ou Bretagne. Relancés récemment, ces dispositifs permettent aux riverains de signaler les épandages «avec des atteintes observées à l’environnement ou des effets aigus constatés sur la santé» grâce à un numéro vert ou par email.

randomness